Raúl Castro lance un appel à relever de nouveau défis avec la foi de Fidel Castro dans la victoire

La Havane, 14 juillet - Le Général d’Armée, Raúl Castro, Président des Conseils d’État et des Ministres, a clôturé la session d'été de l'Assemblée Nationale cubaine ce 14 juillet. Dans son discours il a abordé plusieurs questions essentielles pour le pays.

Il a mis l’accent sur l’actualisation du programme pour faire face au changement climatique, devenu un Plan d’État, connu sous le nom de Tâche Vie, basé sur les recherches menées par de remarquables hommes de science cubains durant 25 ans.

« Très en rapport avec la « Tâche Vie », nous avons approuvé aujourd’hui la Loi des Eaux Terrestres à laquelle l’on travaillait depuis 2013. L’eau est une ressource naturelle vitale qui doit être protégée durant les sécheresses de plus en plus fréquentes »-a-t-il ajouté-.

Le président cubain s'est référé à des aspects de la vie nationale. Il a signalé qu'au milieu des tensions financières, de difficultés dans les livraisons de combustibles et de la sécheresse le pays a obtenu, durant ce premier semestre un résultat discret, mais encourageant. Une croissance de 1,1 % du PIB.

"Ce qui démontre un changement de tendance de l'économie par rapport à l'année dernière. L'agriculture, le tourisme, des exportations de services, la constructions, la production de sucre et le secteur des transports et des communications ont contribué à ce résultat.

Des avancées ont été faites dans les programmes d'investissements prioritaires qui jettent les bases pour le développement de la nation.

Les services sociaux gratuits essentiels ont été assurés à tous les Cubains tels que l'éducation et la santé publique. L'équilibre monétaire interne a connu une amélioration, ce qui se traduit par une diminution de la hausse des prix du marché au détail, grâce à une plus grande offre dans les marchés.

Le déficit budgétaire a été inférieur aux prévisions.

D'autre part et au prix de grands efforts l’on a réussi à s'acquitter rigoureusement des obligations résultant du ré-échelonnement de la dette extérieure avec les créanciers internationaux",

Le président cubain a remercié ces derniers de leur compréhension et confiance à l’égard de Cuba et la volonté d'honorer toutes ses échéances.

Raúl Castro a dédié une partie de son discours à l’analyse de l’importance et de l’évolution du Travail à Son Compte.

Il a rappelé qu’en correspondance avec les décisions prises aux Congrès du Parti Communiste de Cuba l’on a autorisé l’élargissement du Travail à Son Compte et l’expérience des coopératives non-agricoles pour libérer l’état d’activités non stratégiques.

« Nous avons déjà plus d’un demi million de Travailleurs à leur Compte et plus de 400 Coopératives Non Agricoles, ce qui confirme la validité de cette pratique comme source d’emploi et comme possibilité de variété et de qualité dans les services » -a-t-il ajouté-.

Le président cubain a relevé que, cependant, lors de la récente réunion du Conseil des ministres, des déviations des politiques définies ont été constatées comme cela est le cas de l’utilisation illicite de matières premières et d’équipements, la déclaration, sur les feuilles d’impôts, de bénéfices inférieurs à la réalité ainsi que des insuffisances du contrôle étatique à tous les niveaux.

Raúl Castro a également indiqué que le « Conseil des Ministres a pris toute une série de décisions qui seront largement diffusées dès que les régulations actualisées seront publiées".

“N’oublions pas que le rythme et la profondeur des changements que nous devons introduire dans notre modèle dépendent de la capacité de bien faire les choses, cela sera seulement possible si l’on garantit une préparation préalable adéquate » -a-t-il signalé-.

En ce qui concerne la politique extérieure, Raúl Castro a rappelé que le 16 juin, le président des États-Unis a annoncé sa nouvelle politique vis-à-vis de Cuba, qui n’avait rien de novatrice, avec un discours de confrontation.

« Il est évident que le président n’a pas été bien informé sur l’histoire de Cuba, sur les relations avec les États-Unis et sur le patriotisme des Cubains » L’histoire de plus de 200 ans ne peut pas être oubliée » -a-t-il relevé-.

Le président cubain a indiqué qu’avec le triomphe de Fidel Castro et de la Révolution, nous sommes devenus indépendants », il a rappelé que depuis ce moment-là, la politique des États-Unis a pour objectif de renverser la Révolution moyennant des guerres économiques, l’invasion armée, des attentats, des sabotages, le blocus naval, la création et l’appui de bandes armées, le terrorisme d’état, le blocus économique, politique et médiatique ainsi que des tentatives d’isolement international.

« Nous réitérons la dénonciation par le gouvernement révolutionnaire des mesures de durcissement du blocus et nous confirmons que toute stratégie qui tente de détruire la Révolution, moyennant la coercition, les pressions ou ayant recours à des méthodes subtiles, échouera.

Nous rejetons la manipulation du thème des droits humains contre Cuba, qui peut être fière de beaucoup de choses. Elle n’a pas à recevoir des leçons ni des États-Unis ni de personne » -a-relevé le président cubain.

Il a ajouté que Cuba a la volonté de continuer à négocier avec les États-Unis les questions bilatérales en suspens sur un pied d’égalité et sans renoncer à sa souveraineté.

Raúl Castro a également réaffirmé la solidarité avec la Révolution Bolivarienne du Venezuela et avec l’Alliance Civique et Militaire ayant à sa tête le président Nicolás Maduro.

Il a indiqué que le Venezuela est victime d’une guerre non-conventionnelle imposée par l’impérialisme et par des secteurs oligarchiques qui ont attisé la violence dans les rues où des jeunes ont été brûlés vifs.

“L'intervention étrangère contre la Révolution Bolivarienne et chaviste doit cesser, la violence terroriste et putschiste sont être condamnée sans équivoque. Tous devraient se joindre à l'appel au dialogue et s'abstenir de commettre des actes qui vont à l'encontre des intentions qu'ils proclament de façon manipulatrice et démagogique.

L’Organisation des État Américains, (OEA) et son Secrétaire Général doivent arrêter leurs agressions contre le Venezuela et la manipulation sélective de la réalité.

Le droit légitime du Venezuela à résoudre pacifiquement ses problèmes internes sans ingérence externe doit être respecté. Il revient uniquement au peuple souverain du Venezuela de trouver ses propres solutions, dans l'exercice de l'auto-détermination.

Nous lançons une mise en garde sur le fait que ceux qui prétendent aujourd'hui renverser par des voies inconstitutionnelles, violentes et putschistes la Révolution Bolivarienne et chaviste, assumeront une grande responsabilité envers l'histoire."

Raúl Castro a également confirmé la solidarité de Cuba avec Luiz Inacio Da Silva « Lula » face aux tentatives de l’empêcher de présenter sa candidature aux élections présidentielles.

Nous confirmons au Camarade Lula, victime de persécution politique et de manœuvres putschistes, notre solidarité face à la tentative de l'empêcher, moyennant une inahibilitation judiciaire de présenter sa candidature aux élections directes.

Cuba sera toujours aux côtés de Lula, de Dilma Rousseff, du Parti des Travailleurs et du peuple brésilien.

Il a consacré une autre partie de son discours à la convocation, le 14 juin, des élections générales pour élire les délégués aux Assemblées Municipales et Provinciales du Pouvoir Populaire et les députés à l’Assemblée Nationale.

Il a mis l’accent sur l’importance de ce processus politique qui doit constituer un moment de réaffirmation révolutionnaire de notre peuple avec une grande participation et une grande transparence.

Raúl Castro a également rappelé qu’il manque à peine 12 jours pour la tenue du Meeting National pour le 26 juillet dont le siège sera, cette-fois-ci Pinar el Río.

Il a signalé que ce sera le premier 26 juillet sans la présence de Fidel et il a relevé : « Fixons –nous pour objectif de relever les nouveaux défis sous le guide de Fidel, de son intransigeance révolutionnaire et de sa foi permanente dans la victoire”

Source: RHC

INFOGRAFÍA. Radio Florida, vestimos la verdad con palabras

Guardar

Infografía. Bloqueo, el genocidio más largo de la historia

Estampas de Florida

Discursos de Raúl Castro